[4/365] Le grimoire des Nains hurleurs.

Pour la suite de mon défi « 1 jour, 1 produit, 1 histoire », je vous réinvite dans l’univers des Aventuriers d’Orkradour, pour un avant-goût de la trilogie dédiée aux cultistes et autres chronosophes.

Avant propos :
Ce texte vous est proposé dans le cadre du défi « 1 jour, 1 produit, 1 histoire » que je me suis fixé pour démontrer que l’on peut écrire sur des produits dont on ne sait pas grand chose, tout au long de l’année.
Vous pouvez me suggérer des produits pour les prochaines écritures, en commentaire ou via les réseaux sociaux.

L’histoire précédente est disponible ici et l’ensemble de mes défis par là.

TOUTE RESSEMBLANCE AVEC DES PERSONNAGES EXISTANT OU AYANT EXISTE EST ABSOLUMENT VOLONTAIRE ET RELEVE DU DROIT A LA PARODIE ET A LA SATIRE.


« Le jet de fouille du Nécromancien est une réussite critique !
Vous découvrez [Grimoire des Nains hurleurs]. »

Les bras du Squelette lui en tombèrent, littéralement, avant que la magie ne les pousse à reprendre leur place habituelle.
Il peinait encore à y croire, non pas qu’il ne soit pas habituellement chanceux, mais la découverte de cet artefact était une incroyable aubaine pour lui.

« C’t’un truc pour les Nains et c’est toi qui le trouve ? Heureusement qu’on est amis !
– J’ai peut-être trouvé le grimoire, mais si la légende a son sujet est vraie, tu vas aussi en tirer profit, Zegrim !
– La légende ? Ce machin est connu ?
– Oui, il est une pièce maîtresse chez les Chronosophes.
– On parle bien d’ces gens qui plantent des cornes de bouse parce que ça ferait plaisir aux élémentaires qui nous ont confié qu’ils n’en ont rien à faire ?
– Ceux-là même…
– Et qu’est-ce qu’ils ont affaire avec les Nains ?
– Rentrons à l’auberge, je t’expliquerai sur place avec une bonne chope de bière. »

Le courtaud n’insista pas davantage, après tout, boire une chopine en écoutant une légende sur les Nains, ça justifiait bien de faire preuve d’un peu de patience, même s’il se posait beaucoup de questions au sujet de cet étrange grimoire, orné d’une pierre précieuse, décoré de trois lunes et de motifs respectant les règles de la géométrie sacrée.

Arrivés au Pounet qui tousse, Fervik les installa à l’étage, conformément à leur requête de ne pas être dérangés.

« Bon, on a de quoi boire, j’ai planqué de quoi manger, déballe-tout, raconte moi ce que j’ignore sur mon peuple.
– Ce n’est pas tout à fait ton peuple, mais ça va t’intéresser quand même. Tu connais un peu les croyances des Chronosophes et des Cultistes en général ou pas ?
– Ou pas.
– Bon alors, je vais faire simple ; la Terre était un tétraèdre, sur Terre on retrouvait un alignement de pyramides construites selon des mesures conformes à la géométrie sacrée et sur la Lune, il y a des Nains hurleurs, qui crient chaque fois que c’est la pleine Lune.
– Hmmm…
– Puis avec le temps et l’évolution que tu sais de cette partie de l’Astria à cause de la Guerre des Dieux, l’on a réalisé que la Terre avait, en fait, non pas une, mais trois lunes.
– Hmmm…
– Et chaque lune est vitrifiée dans une matière unique qui renforce les pouvoirs des pierres, comme celles avec lesquelles tu as fait nos colliers qui donnent un bonus à l’Intelligence, à la Force ou à l’Esprit. Tu me suis toujours ?
– Ouais. Mais je vois pas où vient ce vieux machin dans l’histoire ? D’autant qu’il a pas l’air d’avoir été utilisé un jour ; le papier a l’air vieux, mais y’a rien d’écrit.
– Que tu crois… »

Il ouvrit le livre, saisit sa chope et versa quelques gouttes de sa bière sur la première page.
Une étrange lueur bleue jaillit du papier puis s’estompa avant de disparaître, laissant derrière elle des instructions en langue runique.
Le guerrier empoigna le grimoire.

« Par la barbe de Zegrim quarante-deuxième du nom !
– Si la légende est vraie, il renferme trois quêtes majeures qui doivent être accomplies simultanément.
– Une pour percer le secret des pyramides, une pour entrer enfin en parfaite communion avec la nature et une pour maîtriser éternellement le pouvoir des pierres.
– Alors tu peux lire ces runes, comme je m’y attendais.
– Et la promesse qui y est faite est immense : si la quête est accomplie, le Nécromancien qui aura découvert l’artefact et toute personne l’ayant assisté gagneront la bénédiction d’Atlantis, ainsi qu’un sort de téléportation sur l’ensemble des Lunes d’Astria, si un membre du groupe est un Nain.
– Tu sais ce que cela signifie ?
– Qu’il va falloir se coltiner l’Elfe ! Mais je suppose que vivre la légende, ça se mérite. »

Ils refermèrent le grimoire et le Squelette s’empara de ses parchemins enchantés.
Quelques écritures magiques plus tard, le papier s’anima, se plia et les missives partirent s’auto distribuer à chaque membre de la compagnie des Aventuriers d’Orkradour.

Non loin de là, dans les ténèbres, un Nain à bonnet dino souriait malicieusement.
Il prévoyait de faire une exception à sa règle de ne jamais réellement s’impliquer dans quoi que ce soit pour, fortuitement, donner un coup de main qui lui permettrait de recevoir, lui aussi, le don de ce qui fut le peuple le plus puissant que la Terre ait jamais compté.


Et voilà, j’espère que cette petite histoire vous aura plu, voire qu’elle vous aura donné envie de guetter la sortie de la trilogie dans laquelle elle s’inscrit.

Si vous voulez découvrir le produit qui me l’a inspirée, il s’agit du journal fait main que vous pouvez retrouver sur Amazon (lien en affiliation, à privilégier pour soutenir mon activité) :

https://amzn.to/3Oad3Ln

Et si, par le plus grand des hasards, cela vous avait donné envie de découvrir les Aventuriers d’Orkradour, ça se passe par là :

https://amzn.to/3PprbBu

A demain pour un nouveau récit !
Et à très bientôt sur YouTube pour les coulisses de comment j’ai approché la question de ce produit en particulier: https://www.youtube.com/channel/UC4J47dGv5PFpeGn51tbE4TA

Laisser un commentaire