[3/365] Le dîner de l’indécision

Et si nous parlions d’un dîner entre ami.e.s pour ce nouveau texte du défi « 1 jour, 1 produit, 1 histoire » ?

Avant propos :
Ce texte vous est proposé dans le cadre du défi « 1 jour, 1 produit, 1 histoire » que je me suis fixé pour démontrer que l’on peut écrire sur des produits dont on ne sait pas grand chose, tout au long de l’année.
Vous pouvez me suggérer des produits pour les prochaines écritures, en commentaire ou via les réseaux sociaux.

L’histoire précédente est disponible ici et l’ensemble de mes défis par là.


« Je suis rentré ! »

Paul repoussait péniblement la porte d’entrée du pied, les bras chargés de divers légumes et d’un sachet de pommes de terre.
Dans la salle à manger, Adrien s’affairait à dresser la table pour leurs convives.

« Je n’ai pas pris de fromage, comme tu me l’as dit.
Tu as changé d’avis ? On se fait une plancha ?
– Non, j’ai décidé de ne pas choisir.
– Pardon ? »

Adrien jeta à son compagnon un sourire semblable à celui qui avait emporté son cœur des années plus tôt.

« Bon, je suppose que tu ne vas pas me faire part de ton plan loufoque du soir, alors dis-moi plutôt ce que tu veux que je fasse de tout ça.
– Oui, attends, je te débarrasse et on s’installe pour préparer tout ça.
– J’ai au moins le droit de savoir ce que tu as dit à nos invités ?
– Bien sûr, je leur ai dit d’apporter le fromage qui sied le mieux à ce qu’ils veulent manger.
– Attends, tu sais que Lucas et Lucie vont apporter de la raclette pour dix et Mathilde et…
– Virginie.
– Voilà, Virginie, donc Mathilde et Virginie vont apporter de la fondue pour dix.
– Et beaucoup trop de pain.
– Des baguettes à n’en plus finir.
– Comme toujours.
– Oui et toi, tu les encourages en ne te décidant pas.
– Exactement.
– Mais ça te fait rire en plus ! »

À nouveau, Adrien répondit avec son plus beau sourire.

« Oh et arrête avec ça ! Tu ne vas pas t’en tirer comme ça !
– Alors je vais m’en tirer avec mon plan génial.
– Et une invitation à déjeuner demain parce que si génial soit ton plan, jamais on écoulera tout ce qu’iels vont apporter en un seul repas !
– C’est pourquoi j’ai déjà préparé les chambres pour que tout le monde puisse dormir sur place.
– Tu penses vraiment à tout.
– Presque, mais j’ai confiance en toi pour me rappeler tout ce que j’ai oublié.
– C’est ça, essaie de me complimenter subtilement, vilain garnement ! »

Lorsque les pommes de terre furent cuites et les légumes pelés et prêts à être grillés, la sonnette retentit.

« Si ce n’est pas ce que l’on appelle arriver à point nommé !
– Je vais ouvrir, je te laisse avec la lourde tâche de trouver quoi boire pour le repas dont je ne sais finalement pas grand-chose.
– Bien monsieur ! »

Paul ouvrit à leurs convives, arrivés ensemble.
Tandis qu’il les débarrassait de leurs manteaux, les questions auxquelles il s’attendait se mirent à pleuvoir.

« Allez, Paul, crache le morceau, on mange quoi exactement ? Votre indécision sur ce sujet nous condamne à ne vivre que de fromage et d’eau fraîche, des jours durant !
– Oui parce que moi, j’ai pris de la raclette pour un régiment et les filles ont pris de la fondue et six baguettes, alors à moins de mettre le tout dans une marmite et de se servir du pain pour touiller l’ensemble…
– Ne me demandez pas, je ne sais pas, tout ce que je peux dire, c’est qu’il y a des patates, des poivrons, des champignons, en fait, tout un tas de légumes qui ne demandent qu’à être dévorés.
Pour le reste, vous savez qui faire parler.
– C’est vrai, et où te caches-tu, Adrien ? Réponds donc de tes méfaits !
– Je me cache derrière la réponse à vos questions, dans la salle à manger ! »

Posant fièrement derrière la table, il avait disposé sur celle-ci un appareil combinant des caquelons à raclette, une plaque à grillades et un grand caquelon à fondue.

« Je rêve où face à l’indécision collective, tu as choisi de ne pas choisir ?
– Exactement ! Pourquoi devoir trancher entre raclette et fondue quand on peut littéralement faire les deux en même temps ? Et faire griller les légumes, la viande, ou le pain, sans devoir avoir un autre appareil à côté !
– C’est une idée de génie.
– Oh, je t’en prie, ne l’encourage pas ! Pense aux kilomètres de footing qui nous attendent.
– Je vais me contenter de penser au délicieux repas que nous allons partager ! »

Ils rirent de bon cœur et s’installèrent autour de la table.
Et le dîner de l’indécision devint une nouvelle source de souvenirs inoubliables.


Et voilà, j’espère que cette petite histoire vous aura plu, peut-être même qu’elle vous aura donné envie d’une bonne fonduelette.

Si vous voulez découvrir le produit qui me l’a inspirée, il s’agit de la Klarstein Fonduelette que vous pouvez retrouver sur Amazon (lien en affiliation, à privilégier pour soutenir mon activité) :

https://amzn.to/3nZUM8N

A demain pour un nouveau récit !
Et à très bientôt sur YouTube pour les coulisses de comment j’ai approché la question de ce produit en particulier: https://www.youtube.com/channel/UC4J47dGv5PFpeGn51tbE4TA

1 Comment

Add Yours →

Laisser un commentaire