[1/365] Léa, reine de la manucure.

Pour ce premier jour de mon défi « 1 jour, 1 produit, 1 histoire », je vais vous raconter l’histoire de Léa, reine de la manucure.

Avant propos :
Ce texte vous est proposé dans le cadre du défini « 1 jour, 1 produit, 1 histoire » que je me suis fixé pour démontrer que l’on peut écrire sur des produits dont on ne sait pas grand chose, tout au long de l’année.
Vous pouvez me suggérer des produits pour les prochaines écritures, en commentaire ou via les réseaux sociaux.


Alors que la pluie battait son plein dans la rue, Marion entra dans le salon de son amie Léa.
La douceur chaleureuse des lieux et l’odeur parfumée de jasmin du thé qui infusait contrastait avec l’extérieur.

Dans un sourire, elle indiqua au bureau d’accueil qu’elle avait rendez-vous d’ici quelques minutes et elle n’eût pas le temps de s’installer puisque Léa remerciait déjà sa cliente précédente et lui faisait signe.

Elles prirent place dans une pièce contiguë et la discussion s’engagea.

« Dis donc, je n’étais plus venue depuis tes changements de locaux, c’est vraiment spacieux et bien décoré.
– Oui, j’ai eu beaucoup de chance de trouver cet endroit et heureusement parce qu’on a vraiment besoin de tout cet espace, j’ai deux nouvelles têtes qui débutent la semaine prochaine.
– Oh, tu as déjà besoin d’embaucher ?
– Oui, l’activité a pris beaucoup d’essor alors j’ai formé deux personnes pour pouvoir prendre plus de rendez-vous.
– Mais c’est incroyable ! Je vois plein de salons qui ferment leur porte et toi, tu arrives à être dépassée ?
En même temps, ça ne devrait pas m’étonner, madame la « reine de la manucure ».
– Moi ? Reine de la manucure ? Allons bon !
– C’est pourtant ce que disent les magazines, ne sois pas faussement modeste. »

Léa, qui avait commencé son travail, posa ses instruments et dévisagea son amie, se demandant si elle lui faisait une étrange blague.

« T’as fini de me regarder comme ça ?
En trente ans d’amitié, tu dois me connaître par cœur, tu devrais savoir que ça m’insupporte !
– Pardon, mais c’est toi qui racontes je ne sais quoi à propos de magazines…
– Tu n’es pas au courant ?
Regarde dans mon sac, le magazine qui dépasse, page 12. »

Elle s’empara du magazine de Marion.
À la page indiquée, un article la présentait effectivement comme la reine de la manucure, faisant l’éloge de son travail minutieux, comparable à celui des orfèvres.

« Oh, je vois, j’ignorais jusqu’à cet article…
– Te voilà au courant, il paraît que tu manies la lime à ongles comme un barbier manie son rasoir.
– Ma foi, c’est plutôt flatteur comme comparaison, même s’il est vrai que je mets un point d’honneur à n’employer que du matériel de qualité et de précision, comme avec cette lime par exemple. »

Elle montra à son amie la lime qu’elle était en train d’utiliser.
D’un côté, le grain était épais et Marion devina qu’il servait à dégrossir le travail.
De l’autre, il était beaucoup plus fin et elle estima qu’il devait servir à corriger les défauts des ongles striés, ainsi qu’à obtenir une finition bien lisse de la manucure.

« Prends garde à ne pas trop la serrer entre tes doigts, ou tu comprendras à tes dépens pourquoi la comparaison avec le rasoir du barbier n’est pas abusive. »

Intriguée, Marion regarda la lime de plus près.
Elle effleura doucement les bords de l’objet et comprit ce que son amie voulait dire.
En acier inoxydable, il était si fin qu’il en était également coupant.
En sus, la pression exercée devait être correctement contrôlée pour ne pas plier.

« C’est ma baguette magique en quelque sorte ; il est beaucoup plus facile de travailler avec cette lime plutôt que de devoir employer deux limes différentes, un repousse-cuticules, un petit outil de ponçage et je ne sais quoi encore ; je gagne un temps précieux et je fais des économies par rapport aux limes jetables.
– Mais tout le monde ne peut pas la manier, c’est pour ça que tu formes du monde…
– Exactement ; en contrepartie, on a des prestations de qualité et on a le luxe d’avoir un carnet de rendez-vous bien rempli ; les gens viennent désormais aussi pour les manucures simples, parce que le travail est plus satisfaisant que celui fait maison à leur goût.
– Tu n’usurpes pas ton titre alors ; bon, je vais revenir ici régulièrement alors, je suppose que je n’ai pas vraiment le choix, de toute manière.
– Sinon tu peux acheter la lime, tu sais.
– Ouais, il faut juste que je crée une entreprise et que je débourse une centaine d’euros, c’est ça ?
– Non pas du tout, elle est vendue au grand public, je te donnerai la référence si tu veux.
– Non. Je reviendrai te voir. Ce n’est pas parce qu’on achète pinceaux, toile et peintures qu’on devient Rembrandt, pas plus qu’en achetant cette même lime, je ne deviendrai toi et ton expérience. »

Dans un sourire, Léa reprit son travail.
Quelques minutes plus tard, Marion ressortait avec une magnifique manucure fleurie.
La salle d’attente s’était remplie, des gens à l’accueil s’étonnaient de ne pas pouvoir avoir rendez-vous avant plusieurs jours, même pour une demande en urgence payée rubis sur l’ongle.

« Comprenez que ça soit compliqué et onéreux : vous êtes dans la demeure de la reine de la manucure.
Vous ne payez pas le matériel dont vous pourriez bien disposer à domicile, non, vous rétribuez une véritable artiste, une personne qui manie la lime avec grand art.
Vous devriez accepter un rendez-vous, même tardif, vous ne le regretterez pas. »

Les rayons du soleil perçaient à travers les nuages et la pluie avait cessé de tomber.
Marion contempla de nouveau ses ongles ; elle qui les avait connus moches, cassants, striés et impossibles à vernir correctement, rentrait chez elle le cœur léger, un bouquet au bout des mains.


Et voilà, j’espère que cette petite histoire vous aura plu.
Si vous voulez découvrir le produit qui me l’a inspirée, il s’agit de la lime à ongles K-Pro que vous pouvez retrouver sur Amazon (lien en affiliation, à privilégier pour soutenir mon activité) :

https://amzn.to/3fYrC9j

A demain pour un nouveau récit !
Et à très bientôt sur YouTube pour les coulisses de comment j’ai approché la question de ce produit en particulier: https://www.youtube.com/channel/UC4J47dGv5PFpeGn51tbE4TA

1 réaction sur “ [1/365] Léa, reine de la manucure. ”

  1. Ping [2/365] Le temps presse... - Storytelling d'une montre

Laisser un commentaire